MON HISTOIRE 2016-11-28T13:15:29+00:00

portrait

 

L’huile de calophylle inophyle ? Quèsaco ?

Je me posais la même question en 2009 ! Touche à tout, c’est en cherchant les bienfaits de cette huile que je découvre la fabrication de cosmétiques home-made et que j’entends parler de la saponification à froid également appelée SAF.

Faire du savon ? Avec mon bac S, tout le monde me certifie que j’en ai déjà fait… alors oui, sûrement, sous forme d’équation, donc à l’époque, pas très intéressant pour moi – au désespoir de mon professeur de physique-chimie…

Pour la pro gel douche que j’étais, ayant délaissé savons de Marseille ou d’Alep, beaucoup trop desséchants à mon goût, je me dis qu’il faut tester ce qu’on appelle la SAF !

En une semaine – hé oui, la patience me fait défaut – je m’équipe et fabrique mon premier savon (à l’orange et au cacao). Et voilà ! Comme Obélix avec sa potion magique, je suis tombée dans la cuve – de savon – !

Totalement séduite par ce petit parallélépipède, j’en fabrique des dizaines. Autodidacte, je souhaite valider ma technique et approfondir le sujet.

Mes formations

En février 2010, je pars donc dans le sud-ouest pour une formation dédiée aux amateurs chez des savonniers professionnels, Leanne et Sylvain Chevallier. Je valide ainsi mes principes de fabrication. Je repars avec une idée très précise dans la tête, ouvrir ma propre savonnerie.

En juin 2010, puis en juin 2011, je pars me former à l’Université Européenne des Saveurs et des Senteurs qui propose une formation professionnelle en savonnerie SAF.

Entre temps, je fais un passage chez une autre savonnière professionnelle, Anja Canaux à qui je dois beaucoup. Merci Anja !

En 2015, je suis une formation en dermo-cosmétique naturelle avec Christine Cuisiniez – que je remercie également ces moments partage.

Mon histoire

En 2010, j’ouvre ma première savonnerie artisanale, la Savonnerie Maud SIEGEL. L’histoire se termine en 2014 pour diverses raisons.

Après avoir accusé le coup de la déception, je décide transformer cette « échec » en expérience. En effet, cette première aventure m’a permis d’apprendre énormément de choses, autant d’un point de vue entrepreneurial (comptabilité, gestion clientèle), productivité (recherche de fournisseurs, mise au point de recettes…) que personnel.

En 2014, ma formation professionnelle en savonnerie est officiellement reconnue. Je reçois ma Certification professionnelle de Savonnier, titre enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles. Je suis donc artisan savonnière depuis 2014.

Je me suis mise au vert pendant 2 ans et j’ai refait du savon juste pour moi, pour le plaisir. J’ai également partagé mon expérience avec des savonniers professionnels ou en en devenir. La transmission et le partage sont des valeurs importantes à mes yeux. 

Pendant cette période, j’ai testé de nouveaux ingrédients et amélioré mes recettes. Très régulièrement, j’ai été relancée par des clients qui souhaitaient retrouver mes produits dans leur salle de bain. Parallèlement, un confrère savonnier – que je remercie également – me met en relation avec une marque de cosmétique à la recherche d’un façonnier pour leurs savons SAF. Soutenue par ma famille, mon compagnon et mes amis – là aussi, il faut que je les remercie plus que vivement pour leur présence dans les moments de doutes – me voilà à repenser savons et cosmétiques.

Cette fois, je prends mon temps pour réfléchir mon projet, surtout que je suis enceinte.

Mes deux bébés ont vu le jour en même temps, en février 2016.