Localisée à Strasbourg au sous-sol de ma maison, cette simple pièce de 28 m² va devenir le futur atelier de fabrication des cosmétiques L’esperluète. J’avoue préférer le terme « atelier » à « laboratoire » car il défini plus justement mon activité artisanale, pourtant il s’agit bien de mettre en place un laboratoire cosmétique. Mais, peu importe son nom, il s’agira surtout du lieu de mes réflexions et notamment de mes expérimentations savonnesques.

D’ici quelques semaines, les travaux commenceront ! Zone de séchage pour les savons dits en cure, zone de stockage des matières premières, zone de production, zone de découpe, zone de stockage des produits finis… seront créées afin de répondre aux Bonnes Pratiques de Fabrication ou BPF dans notre jargon.

Hé oui, contrairement à ce que l’on peut imaginer, on ne fait pas du savon et plus encore des cosmétiques dans n’importe quelles conditions. La législation est tout aussi drastique pour nous que celle que l’on peut rencontrer dans l’alimentation : démarche FIFO, norme sanitaire, rédaction de procédures… sont – théoriquement – le lot de toute personne fabricant des savons et/ou des cosmétiques.

J’espère pouvoir vous montrer l’évolution de cette pièce très rapidement !